Warning: include(/home/infoencontinu/www/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-base.php): failed to open stream: No such file or directory in /data/infoencontinu/www/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache.php on line 79

Warning: include(): Failed opening '/home/infoencontinu/www/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-base.php' for inclusion (include_path='.:/usr/share/php') in /data/infoencontinu/www/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache.php on line 79

Warning: include_once(/home/infoencontinu/www/wp-content/plugins/wp-super-cache/ossdl-cdn.php): failed to open stream: No such file or directory in /data/infoencontinu/www/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache.php on line 101

Warning: include_once(): Failed opening '/home/infoencontinu/www/wp-content/plugins/wp-super-cache/ossdl-cdn.php' for inclusion (include_path='.:/usr/share/php') in /data/infoencontinu/www/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache.php on line 101
Il jette son Berger malinois par la fenêtre car il lui « rappelait son ex »

Il jette son Berger malinois par la fenêtre car il lui « rappelait son ex »

Le 30 août dernier, le tribunal correctionnel de Rennes a condamné un homme résidant de Fougères (Ille-et-Vilaine) à trois mois de prison avec sursis pour avoir défenestré son chien, un jeune Berger malinois âgé de 8 mois au moment des faits.

L’affaire remonte au 1er janvier 2016. Alors qu’il vient de découvrir que son ex-compagne avait refait sa vie, le jeune homme est pris d’un élan de colère. Devant sa mère, qui s’était rendu à son domicile, il tente de mettre fin à ses jours « en se brisant une cruche sur le crâne », comme le rapporte Ouest France

Finalement, il s’empare de son Berger malinois et le propulse par la fenêtre, du troisième étage. Le chien ne survivra malheureusement pas à la chute.

Interrogé sur son geste le 30 par le tribunal correctionnel de Rennes, l’homme a expliqué que l’animal lui rappelait trop son ex-compagne :

C’est mon ex qui m’a vendu le chien. À chaque fois que je le voyais, cela me faisait penser à elle. Je regrette. Mon chien me manque. Il était comme mon enfant.

Le trentenaire, tombé en dépression après les faits,  avait subi une expertise psychiatrique qui avait conclu à une « alteration du discernement ».

Le tribunal a ainsi prononcé une peine de trois mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve, accompagnée d’une obligation de traitement et de l’interdiction de détenir un animal domestique pendant cinq ans.

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.